Nous avons vu que le bébé voyait et regardait dès la naissance ; très tôt s'installe un dialogue visuel: très tôt il sait fixer longuement un objet, un visage surtout, car on a montré que les petits enfants sont beaucoup plus attirés par la contemplation des visages que par n'importe quel autre spectacle. Certains bébés peuvent « sourire » dès la naissance : il s'agit alors à peine d'une détente des traits et d'une petite inclinaison d'un coin de la bouche évoquant ce que, dès l'âge de huit ou dix jours, on appelle le « sourire aux anges ».

A cet âge le bébé, en général repu, et les yeux clos ou mi-clos, ébauche un vrai sourire, mais non intentionnel, simple reflet de son état de contentement et de bien-être.

Dès l'âge de deux semaines, le bébé, sorti de ses problèmes d'adaptation des tout premiers jours, a de plus longs moments d'éveil calme au cours desquels il commence à regarder, avec plus d'insistance encore, les visages tournés vers lui, celui de sa mère en particulier. Si vous lui parlez doucement, tendrement, vous observez cette détente des traits du visage qui précède souvent le sourire. Celui-ci apparaît d'abord très fugace, une ou deux secondes à peine, puis plus durable, en général vers un mois (entre trois et six semaines), en réponse au sourire et à la voix du visage qui le regarde.

C'est le sourire réponse, le sourire social, à grande valeur de communication ; il va devenir de plus eu plus facile, de plus en plus fréquent et vous observerez son caractère de plus en plus intentionnel au fur et à mesure que le bébé grandit; d'abord facile avec chacun il ne s'adressera, ensuite, qu'à ceux qui lui plaisent. Mais ce sourire n'est pas seulement l'imitation du sourire de l'adulte qui regarde et parle, car les bébés aveugles sourient à la voix et à la caresse. C'est donc une aptitude innée.

Ne vous étonnez pas si, jusqu'à 3 ou 4 mois, le bébé « louche » lorsqu'il regarde fixement; jusqu'à cet âge le tonus des muscles qui tirent l'œil en dedans est supérieur à celui des muscles commandant les autres mouvements, et un certain strabisme en dedans, c'est-à-dire déviation d'un ou des deux yeux vers la racine du nez, n'est pas rare. Par contre, un strabisme permanent, la persistance de ce strabisme interne au-delà de 4 mois doivent vous faire consulter un ophtalmologiste.

A partir de 3 ou 4 mois le bébé est capable d'un vrai rire, qui débute par un petit gloussement si on l'amuse, le chatouille, joue avec lui, pour devenir un vrai rire aux éclats, extraordinaire d'intensité, éclatant de joie de vivre chez le petit enfant. A 7 ou 8 mois, cette joie de vivre, cette gaieté permanente sont une des manifestations essentielles de son équilibre, de sa bonne santé mentale, c'est-à-dire tout simplement de son bonheur.

Tout bébé est naturellement gai ; tout bébé triste est un bébé malheureux pour une raison physique ou affective ; son humeur est un excellent reflet de son état psychologique, comme elle est le reflet de l'état de ceux qui sont autour de lui. Si vous êtes gais, souriants, lui parlez, gentiment et sans agressivité, le sourire et le rire feront partie intégrante des comportements de l'enfant. Tout changement d'humeur lors d'un changement de vie, séparation, mise à la crèche ou chez une nourrice, doit attirer l'attention.