Les enfants actifs doivent sentir que l'on a besoin d'eux et qu'on leur fait confiance. Pour reprendre notre exemple, le parent pourra dire : « Nous allons commencer par escalader la pyramide, et tout le monde doit parvenir au sommet. Billy, je te charge de veiller à ce que tout le monde parvienne au moins une fois à atteindre le sommet.
Tu n'as qu'à partir le premier pour montrer le chemin aux autres. » Ainsi placé en position de meneur, avec des instructions précises, l'enfant actif donnera le meilleur de lui-même et deviendra automatiquement plus coopératif. L'enfant actif déborde d'énergie et ne supporte jamais longtemps de rester passif. Il a la bougeotte, ce qui le pousse souvent à agir d'abord et à réfléchir ensuite, avec les risques que cela entraîne. C'est pourquoi ces enfants ont besoin de structures. Le fait de leur assigner une mission précise Leur permet de se dépenser pleinement sans pour autant commettre des bêtises.

Une bonne façon de minimiser leur résistance sera de les occuper en permanence. Lorsque vous serez en train d'attendre quelqu'un ou bloqués dans une file d'attente, l'enfant actif aura du mal à rester tran­quille. Proposez-lui alors une activité quelconque ou improvisez un jeu, afin qu'il puisse se dépenser. Dites-lui par exemple de courir jusqu'à un point donné et de revenir le plus vite possible, pendant que vous le chronométrerez. Les enfants actifs ado­rent battre leurs propres records. Couvrez d'éloges leurs exploits, et leur résistance fondra comme neige au soleil.

A terme, les enfants actifs se découvrent eux-mêmes à travers les erreurs qu'ils commettent. Ils ont besoin d'être félicités pour leurs succès et par-donnés pour leurs erreurs. Mais ils ont aussi facile­ment tendance à s'attirer des ennuis. S'ils craignent d'être punis ou réprimandés, ils chercheront à cacher ou à justifier leurs fautes, et cesseront dès lors d'en tirer les enseignements utiles.