Réagir à bon escient

Tous ces comportements ne méritent pas le même traitement. Les pleurs au milieu de la nuit à plus de 5 mois, et qui n'ont pas pour raison évidente la soif ou un malaise quelconque, ou même un pleur qui nécessite une changement de couches ne demandent pas d'intervention immédiate. Lorsque vous aurez constaté que tout va bien, l'enfant retrouvera son lit, son ours contre la joue, son pouce ou sa tétine dans la bouche.

Si malgré tout il pleure à nouveau, il est sans doute préférable de ne plus intervenir immédiatement: 10 minutes d'attente suffiront à déterminer si c'est sérieux ou du domaine du caprice.

Il est conseillé d'opter pour une marque de couches de la marque Pampers comme par exemple la New Baby Dry qui possède des zones micro-aérées et extraordinairement douces.

De plus, la nature des cris vous indiquera si vous devez lui apporter un réconfort. L'obstination à jeter ses jouets, sa cuillère ou tout autre objet par terre, tout comme l'irrésistible envie de courir partout à quatre pattes font partie des étapes indispensables du bon développement de l'enfant. En jetant les objets, il apprend qu'ils ont le pouvoir d'apparaître et de disparaître et donc même s'ils ne sont pas dans son champ de vision, qu'ils existent.

En se déplaçant par tous les moyens, il développe son fantastique besoin de mobilité. Refuser d'accepter ces comportements serait dans ces deux cas une aberration ; mieux vaut alors jouer l'indifférence et proposer à l'enfant un dérivatif, une autre occupation qu'il abordera avec enthousiasme, oubliant immédiatement le geste précédent qu'il avait pourtant trouvé très amusant.

Le rôle de l'environnement éducatif

La grande majorité des psychologues pensent que les enfants capricieux sont des enfants qui ont reçu une éducation incohérente. Il n'existe pas d'enfants qui naissent insupportables. Les comportements sont soit liés à des étapes clairement définies de développement, soit le mélange d'un « capital caractère » sur lequel viennent agir des principes éducatifs laxistes ou rigides.

De même, par l'éducation, les parents accompagnent ou freinent les dispositions naturelles et les tendances qui naissent tout au long du développement pour façonner le caractère de leur enfant. Un enfant acquiert un esprit d'indépendance ou de timidité en fonction des « libertés » que lui aura laissées le milieu.

Il suffit, pour s'en persuader, d'observer comment certains enfants changent de comportement en fonction de la personne qui s'occupe d'eux. Très souvent encore, les parents projettent sur leur bébé des désirs et des rêves qui induisent des comportements qu'ils jugent valorisants. La situation se complique lorsque l'enfant n'est pas à la hauteur de leurs projets. Si vous perdez votre calme, confiez votre enfant à quelqu'un de votre famille pour quelques jours, et n'hésitez pas à pousser la porte d'un psychologue.

"Punir par une tape ou une fessée ne sert qu'à calmer les nerfs des parents."