Les parents veulent d'urgence vérifier que le bébé est bien normal, et même si le médecin les a rassurés, ils n'en finissent pas de le contrôler. Cela leur semble même parfois plus urgent à savoir que le sexe de l'enfant.

(D'autant que, le plus souvent, ils le connaissent déjà.)

Ce qui est également fréquent, c'est l'étonnement des parents, la surprise : ils trouvent le bébé différent de l'image qu'ils s'en faisaient ; surtout la mère, elle a de la peine à identifier ce bébé soudain dans ses bras avec celui qu'elle portait dans son ventre. La première émotion passée, la mère éprouve souvent une autre surprise : alors qu'elle attendait depuis des mois que cet enfant se sépare d'elle, maintenant qu'il vient de la quitter, elle sent en elle comme un grand vide. 

Pour certaines mères, ce sentiment de vide est fugitif, rapidement il se transforme en une impression de plénitude, d'accomplissement : c'est son bébé, elle est sa mère, l'évidence la rassure.

Parfois, au contraire, la rupture déroute la mère, la sensation d'étrangeté s'accentue : devant ce berceau, elle ne sent pas monter en elle l'amour maternel qu'elle s'attendait peut-être à éprouver tout de suite. Et l'inquiétude surgit ; comme un flot l'envahit le sentiment de sa responsabilité : « Il a besoin de moi, saurai je m'en occuper ? » L'inquiétude peut venir de l'inexpérience si l'enfant est un premier-né, mais elle est renforcée par la fatigue qui suit toujours l'accouchement.

Ces surprises, ces sensations, que la mère les perçoive distinctement ou qu'elles restent confuses, vont heureusement s'effacer lorsqu'elle aura son enfant dans ses bras ; en le touchant, en le caressant, en le nourrissant, elle renouera avec son enfant un lien physique qui la rassurera. Et ce seront les débuts d'une longue histoire d'amour. Cette histoire ne s'écrira pas en un jour, l'amour maternel n'est pas toujours un coup de foudre, il se développe souvent au contact de l'enfant, lentement, et grandit avec lui. Nous aurons bientôt l'occasion d'en reparler.

Quant aux pères, leur émotion après l'accouchement s'exprime de façons diverses. Certains sont si bouleversés qu'ils peuvent juste dire : « C'est trop beau, comme je suis heureux. » D'autres sont plus affectifs et s'adressent déjà au nouveau-né : « Ma jolie, te voici enfin. » Certains pères, peut-être pour se protéger de cette émotion qui les envahit, essaient de prendre un peu de distance, s'exprimant de manière parfois inattendue : « J'ai dit : qu'il est laid ! En fait il était fripé et il avait déjà des poches sous les veux, à cet âge-là ! » Un autre raconte : « J'étais fasciné par ses pieds ; je me suis dit : celle-là, ça sera une basketteuse ! »

En général le grand moment de la vie d'un homme qui devient père, surtout d'un premier enfant, se situe quand, ce nouveau-né, il le prend dans ses bras. La femme, pour devenir mère, a déjà vécu neuf mois de grossesse et un accouchement. Rien de semblable pour le père. Aussi, pour lui, la paternité lui arrive-t-elle souvent comme un choc dans ce geste où, pour la première fois, il tient son enfant dans les mains.

Un autre geste important pour le père peut être la déclaration de l'enfant à la mairie. Il faut avoir assisté à ce qu'on appelle une formalité, mais qui en réalité est un acte important dans la vie d'un homme, pour comprendre tout ce qu'elle représente. C'est dommage qu'aujourd'hui cette déclaration soit si souvent faite par la maternité ; elle devient alors un geste purement administratif. Je dis souvent car, bien entendu, les pères qui y tiennent peuvent parfaitement aller déclarer eux-mêmes à la mairie la naissance de leur enfant. Il suffit qu'ils préviennent la maternité.

Et le bébé ? Comment va-t-il réagir à vos premiers regards ? Comme quelqu'un qui attend que vous le preniez dans vos bras, que vous lui parliez, que vous le reconnaissiez, que vous l'entouriez. Il a besoin de votre attention, de votre chaleur pour s'éveiller dans ce monde où il vient d'atterrir. Dès la naissance, un enfant est réceptif, attentif à la voix, aux gestes, aux soins de ceux qui l'entourent.

le nouveau-né arrive au monde avec un besoin vital qu'on l'aime, il a autant soif d'affection, que de lait. Mais allons maintenant le voir ce bébé, le regarder de plus près, faire le tour de ses possibilités, pour mieux faire connaissance avec lui.
Bébé arrive et il faut penser aussi à acheter tout le necessaire pour le soigner : Couches Pampers New Baby Taille 1 mais aussi tout pour les soins comme les lingettes Pampers ainsi que la trousse de premiers soins bébé !

Que de choses à penser, mais prenez le temps, ce n'est que du bonheur!!