PÈRE ET MÈRE ASSUMENT DIFFÉREMMENT LEUR RÔLE AUPRÈS DE LEUR EN FAN qui sait dès sa naissance faire la distinction entre eux: d'abord par l'odeur, puis la voix, ensuite par les comportements et les gestes qu'ils adoptent en sa présence.

 

✓ Tout partager

 

Les enfants eux-mêmes accentuent cette différence en grandissant: le garçon imite son père, la petite fille se fait séductrice, ce qui n'empêche pas les enfants de s'identifier également au parent du sexe opposé. Les relations père-enfant sont étroitement dépendantes de l'espace que leur laissera la mère.

 

Cette situation est d'autant plus délicate que les deux parents se trouvent pratiquement toujours en rivalité vis-à-vis de l'enfant et que le père a pour rôle d'atténuer la relation mère-enfant afin de permettre à ce dernier d'acquérir son indépendance. Le bon équilibre passe sans doute par un partage de toutes les tâches, des plus enrichissantes aux plus matérielles.

 

✓ Le « paternage »

 

Certains pères se sentent malhabiles dans ce nouveau rôle. Qu'ils sachent que le métier de père, comme celui de mère, s'apprend par l'expérience, le tâtonnement, et au prix de nombreuses erreurs. Le plus difficile pour eux est sans doute de faire la part entre leurs occupations professionnelles et leurs obligations de père.

 

Cette question se pose beaucoup plus rarement pour la mère car, surtout dans la petite enfance, elle fait ce partage très facilement. On voit cependant aujourd'hui apparaître des pères très « maternant », qui font des câlins et qui, dans le quotidien, semblent plus proches de l'enfant que la mère. L'essentiel dans ce cas, pour ne pas perturber l'enfant, est que leurs rôles respectifs, dans les soins apportés, soient bien distincts. Il doit faire naturellement la différenciation sexuelle Heureusement, le bébé ne confond pratiquement jamais son père et sa mère.

 

✓ Un lien enrichissant Durant la première enfance, le sentiment personnel se traduit par une sorte de neutralité bienveillante, sous-tendue par un intérêt positif pour les différents besoins de l'enfant. Le sentiment paternel se détache progressivement de son caractère narcissique initial pour s'orienter, par la force ces choses, vers un sentiment plus altruiste, durant lequel le père se sent prêt à satisfaire les besoins de son enfant au détriment des siens propres.

 

Chaque progrès psychomoteur constitue un fil supplémentaire dans cette trame de communication qui se tisse jour après jour entre eux deux. Un chercheur français a étudié l'influence « paternage » sur le développement de l'enfant Il a constaté que les enfants dont les pères étaient très présents au quotidien avaient un meilleur quotient de coordination vision-préhension et utilisaient mieux leurs jambes et leurs bras pour résoudre des problèmes concrets, et semblaient avoir une meilleure capacité à imiter les actes simples.

 

 

Autre constatation : au niveau du développement social, l'enfant « paterné » pourra nouer plus de liens avec les autres.

Les Liens père-enfant