Les trois principes de l’homéopathie

J’ai vu pour la première fois les signes avant-coureurs d’une de ses crises d’asthme :

le nez qui coule clair, les éternuements, les yeux qui se rétrécissent, puis une petite toux sèche avant la “ mauvaise ” respiration.
J’ai maintenant avec mon pédiatre et son assistante le dialogue que l’on peut avoir avec sa mère. Je n’ai plus honte d’appeler pour apparemment n’importe quoi. Aucun symptôme ne paraît curieux et bizarre. Mon enfant souffre avec son corps, son esprit, sa sensibilité.
Et moi en apprenant à la connaître, je suis le reflet, le fil conducteur de ses réactions pour le médecin.

L’homéopathie repose sur trois principes fondamentaux inséparables : la similitude,l’infinitésimalité, et la totalité.
La similitude est le principe qui différencie vraiment l’homéopathie (homéo = semblable, pathie = maladie) de la médecine classique. Dans cette dernière, est utilisée la loi des contraires. En présence d’une douleur est prescrit un analgésique ; pour une constipation, un laxatif.

En homéopathie : toute substance capable de déterminer des troubles chez un sujet sain est également capable (lorsqu’elle est administrée dans certaines conditions) de guérir ces mêmes troubles chez un malade qui les présente.
Par exemple, l’ipeca donné à des doses pondérables à un individu sain provoque chez lui nausées et vomissements. En revanche, quand un malade présente des nausées et vomissements, son état est amélioré par des doses infinitésimales d’ipeca. Un sujet sain, piqué par une abeille, voit apparaître au point de piqûre un œdème rouge rosé, piquant, brûlant, amélioré par des applications froides.

Un malade qui présente une telle éruption, pour une cause différente, que ce soit un urticaire après intoxication alimentaire ou un coup de soleil, sera vite soulagé par des doses infinitésimales de venin d’abeille. Le principe de l’infinitésimalité consiste à prescrire des dosages infiniment bas. Les médicaments ne sont jamais toxiques ou nocifs. Si Virginia avale un tube de granules, elle sera peut-être un peu dérangée (une diarrhée) mais rien de grave n’arrivera. Le mode d’action du remède n’est efficace que s’il est pris en petites quantités et dans une période de temps bien définie. Avaler un tube, par conséquent, ne guérit pas mais ne détruit pas. Les granules sont minuscules, légèrement sucrées et doivent fondre dans la bouche. Les enfants les prennent pour des petits bonbons et ne refusent jamais d’en absorber. Plus de bataille pour faire avaler les médicaments.Quant aux bébés, le problème ne se pose même pas, ils les avalent sans s’en apercevoir. Le principe de totalité signifie que l’individu est considéré dans sa totalité. Le choix du remède et du dosage dépend non seulement du trouble à guérir mais aussi de ce qu’est le sujet dans son entier, c’est-à-dire sa morphologie, son allure générale, ses goûts pour le sucré, le salé, son tempérament : frileux ou pas, assoiffé ou pas, son caractère : timide ou agressif, indécis, lent, toujours pressé, triste, jovial...

Depuis un an que je soigne ainsi Virginia, les maux d’oreille n’ont pas évolué en otites. Pour la première fois elle a passé l’hiver sans deux ou trois paracentèses et antibiotiques. Son impétigo a disparu et les crises d’asthme sont toujours stoppées à leur naissance. » L’homéopathie ne prétend pas tout guérir « Pour une appendicite, des interventions chirurgicales, on n’aura pas recours à l’homéopathie, c’est une question de bon sens. Mais pour la prévention, et n’est-ce pas l’idéal des pédiatres, l’homéopathie occupe une place de choix. Des traitements de base sont donnés lorsque l’enfant est en bonne santé pour le prémunir contre ses faiblesses et déficiences physiques spécifiques. Le remède homéopathique active les réactions de défense de l’organisme. Là où, devant une infection, le médecin classique cherche par l’antibiotique à tuer le microbe, l’homéopathe cherche par son remède à permettre au sujet de se défendre contre le microbe. L’homéopathie guérit-elle tout ?Naturellement non, m’a dit mon pédiatre. “ Il n’est pas question, aujourd’hui, d’entreprendre le traitement d’une méningite cérébrospinale, d’une tuberculose ou d’une leucémie par homéopathie. On pourrait dire que tant que l’organisme est capable de se défendre, l’homéopathie est parfaitement à son aise et qu’elle agira avec finesse et justesse. Par contre, si les réactions de défense de l’organisme sont dépassées ou risque de l’être rapidement, il faudra avoir recours à l’arsenal puissant de la médecine classique ; ce qui n’empêchera nullement de savoir revenir, après guérison de l’épisode grave, à l’homéopathie qui permettra de mieux rééquilibrer le terrain. Car, en réalité, les médecines sont complémentaires, et l’on pourrait même dire qu’il n’y a qu’une seule médecine, celle qui cherche à guérir. ” »

Une bonne hygiène est trés importante pour l'élimination des bactéries avec Lotion lavante douceur à l'extrait de coton Hypoallergénique Evoluderm Bébé 500ml, 0% de Paraben, 0% d'alcool, 0% de Savon