Une fois entré à la «grande école», l'enfant doit dépasser la simple familiarisation avec la lecture à laquelle il a été éventuellement initié par ses parents, à l'école enfantine ou à la maternelle, pour entamer un véritable apprentissage. Il découvre ainsi peu à peu des méthodes de travail qui lui donneront un accès direct, autonome, à un univers plus large. Si l'enfant se heurte à des difficultés, vous serez d'un grand soutien en l'aidant le soir à réviser ce qu'il a appris dans la journée.

Apprendre à lire

Les instituteurs utilisent plusieurs méthodes d'enseignement de la lecture. À l'école enfantine ou maternelle, ils apprennent à l'enfant à reconnaître son prénom parmi d'autres prénoms ou encore à identifier quelques mots très courants à l'aide d'un support visuel. Par la suite, ils associent cette méthode visuelle globale et une approche par laquelle ils aident l'enfant à dissocier et à prononcer les lettres et les syllabes d'un mot : c'est la méthode alphabétique phonologique, plus traditionnelle. La combinaison de ces deux approches permet d'aboutir à une bonne maîtrise de la lecture.

1. Les étapes

Avant de savoir lire couramment, l'enfant passe généralement par quatre étapes. À la fin de sa première année de véritable apprentissage, il a généralement assimilé les bases de la lecture, qu'il perfectionnera par la suite.

Les jeux éducatifs aident aussi au perfectionnement de l'apprentissage.

Parallèlement, l'enfant apprend à écrire selon les mêmes méthodes. À la phase de la lecture dite alphabétique phonologique, l'enfant écrit de façon phonétique; au stade suivant, son orthographe devient peu à peu conforme aux règles de la langue.

1. Première étape : la «pseudo-lecture». Cette première phase dans le développement de l'acquisition de la lecture est appelée ainsi car l'enfant ne déchiffre pas le mot mais simplement le devine d'après son environnement. Il apprend d'abord à reconnaître quelques mots grâce au contexte dans lequel ceux-ci apparaissent. Il identifie, par exemple, des marques de produits (Esso, Danone) dans leur contexte publicitaire. De cette «pseudo-lecture», l'enfant ne tire aucun enseignement pour l'apprentissage de l'écriture.

2. Deuxième étape : la lecture logographique. L'enfant reconnaît certains mots dont la forme lui est devenue familière, de la même façon qu'il le fait pour des logos. Il peut ainsi reconnaître son prénom ou les termes «papa» et «maman». Mais il ne sait toujours pas distinguer les lettres de l'alphabet et ne peut donc déchiffrer un mot qu'il ne connaît pas.

3. Troisième étape : la lecture alphabétique phonologique. L'enfant apprend à décomposer un mot et, par là même, à lire des mots courants qu'il ne connaît pas. Il est capable d'identifier les lettres et les syllabes et de leur associer le son qui convient. Il sait ainsi que p + a= pa, m + a = ma, etc.

4. Dernier stade : la lecture orthographique. L'enfant reconnaît de façon immédiate un mot dans sa totalité, non plus parce qu'il identifie sa forme (comme c'était le cas au stade de la lecture logographique) mais parce qu'il décode rapidement la chaîne des lettres qui le constituent. Il peut dès lors épeler (et donc écrire) correctement des mots peu courants.

Apprenez-lui d'aller aux toilettes comme un grand avec le Maxi Giga Pack 152 couches Pampers Easy Up.