Une épreuve pour tous les enfants ?

L'entrée en maternelle est un changement de vie pour tous les enfants, y compris ceux qui sortent de crèche. On a dit un peu vite que les enfants qui étaient déjà en collectivité n'avaient aucune difficulté pour entrer à l'école. C'est oublier qu'il y a bien des différences entre la crèche et l'école et qu'il s'agit, de toute façon, de s adapter à une nouvelle vie, un nouvel espace, de nouveaux camarades, une maîtresse, etc.

Ceux qui savent déjà se séparer de leur maman et quitter la maison Pourtant il est vrai que les difficultés d'adaptation sont plus rares chez les enfants qui ont déjà pris l'habitude de se séparer de leur maman et de leur maison le matin, pour partir à la crèche ou chez leur assistante maternelle. Ceux-là savent déjà de toute certitude que l'on peut quitter ceux que l'on aime pour une longue journée dans l'assurance de les retrouver le soir. Les autres devront l'apprendre au fil des jours.

Ceux qui connaissent déjà la collectivité

Les enfants qui viennent de la crèche ont un autre avantage sur leurs petits camarades de classe. Ils connaissent déjà les joies et les contraintes de la collectivité. Ils savent que, lorsqu'il n'y a qu'un adulte disponible pour plusieurs enfants, on ne peut avoir toute l'attention pour soi tout seul et qu'il faut bien souvent attendre son tour. Il sait que les instructions données au groupe entier (du style : « Les enfants, asseyez-vous ! ») s'adressent à lui aussi. Enfin, il a déjà appris à créer des liens avec ses pairs et à trouver sa place dans un groupe.

Ceux qui ont un aîné

Le petit enfant qui a déjà un frère ou une sœur aînée à l'école est souvent très motivé pour aller à l'école à son tour. C'est un lieu « pour les grands », une promotion dont il entend bien goûter les charmes lui aussi. Bien souvent, il est déjà entré dans les lieux et sait s'y repérer. Finalement, c'est l'enfant unique ou aîné, que sa mère a gardé jusque-là à la maison, qui risque d'avoir le plus de difficultés à s'adapter. Mais là encore, attention aux idées reçues. Certains de ces enfants, parce qu'ils ont eu l'occasion de jouer fréquemment avec d'autres, se sentent bien en sécurité et s'adaptent sans problème. La halte-garderie, par exemple, où l'on peut mettre son enfant quelques demi-journées avant son entrée à l'école, est souvent une étape intermédiaire qui rend la transition plus douce.

Une épreuve aussi pour certains parents...

Un grand nombre de parents, et notamment de mamans, appréhendent autant que leur enfant la rentrée à l'école maternelle. Pour ces mères, ce jour marque la fin d'une époque : celle où leur enfant était un bébé. Ce n'est plus leur petit. Dorénavant, il entre dans un cycle d'où il ne sortira qu'à la fin de son adolescence. Même si leur enfant est déjà allé à la crèche, il va là intégrer un tout autre monde, où les parents ne sont pas toujours les bienvenus. Leur enfant leur échappe. Pour les mamans qui ont gardé leur enfant avec elles pendant ses premières années, c'est une séparation difficile qui se prépare, même si elles sentent bien que le temps était venu pour chacun. Mais les mères sont aussi inquiètes pour leur enfant.

Et s'il était perdu dans la classe ?

Et s'il ne parvenait pas à se repérer, à trouver sa place ou à se faire des copains ? Et si l'institutrice ne savait pas s'y prendre avec lui ? Et si elle refusait qu'il garde son doudou ? Le père a sans nul doute un grand rôle à jouer dans cette aventure. Son enfant quitte, de manière symbolique, le registre maternel et familial pour faire son entrée dans le monde social : il peut lui donner confiance et l'y aider.

Les meilleures couches pour tous âges sont sur www.1001couches.com dans la rubrique couches.