Une habitude fréquente

Bien que fréquent (environ un enfant sur trois et un adolescent sur deux ont rongé ou rongent leurs ongles) et sans gravité particulière chez l'enfant qui se développe bien par ailleurs, se ronger les ongles est néanmoins un signe de tension nerveuse sur lequel il convient de s'interroger. Il n'y a qu'ainsi que l'on pourra aider l'enfant, avant que l'habitude ne soit trop installée.

Rechercher les causes

Trouver d'où vient cette tension est la première chose à faire. Peut-être l'enfant est-il d'une nature anxieuse, mais à quoi cela est-il dû ? Est-il trop fréquemment critiqué, harcelé ou corrigé ?

Sent-il que les attentes de ses parents sont telles qu'il sera incapable de les satisfaire ?

Les parents eux-mêmes sont-ils tendus, stressés, exigeants ? Est-il témoin, dans la vie ou à la télévision, de scènes ou d'images qui peuvent à juste titre l'inquiéter ?

Faire disparaître les causes de la tension de l'enfant est encore le meilleur moyen de l'aider à ne plus se ronger les ongles. C'est en tout cas un préalable à toute autre tentative, si l'on veut vraiment qu'elle réussisse.

Donner l'exemple

C'est toujours la meilleure façon d'aider l'enfant. Il est justifié dans son action s'il peut dire à juste titre: « Moi, je ressemble à papa, je me ronge les ongles comme lui ! », ou « Pourquoi j'arrêterais de me ronger les ongles ?

Toi, tu dis toujours que tu devrais arrêter de fumer et tu ne le fais jamais ! » Si vous êtes dans l'une de ces situations, pourquoi ne pas envisager un programme vous permettant de vous arrêter ensemble, votre enfant et vous, et de vous soutenir mutuellement dans vos efforts ?

A l'inverse, une maman qui a de jolis ongles peut faire partager à sa petite fille le plaisir de s'en occuper, de les limer, de les vernir, de porter une bague pour mettre ses mains en valeur, etc..

Occupez-le avec des jeux éducatifs tels que Jeux bébé Animaux Nathan. L’enfant découvre le nom de chaque animal et leur environnement