La pensée préopératoire.

L'enfant peut désormais créer des images mentales, mais ses idées sont encore très égocentriques, c'est-à-dire que lui et le monde extérieur sont confondus.

Il croit à tout ce qu'il voit ou pense voir. Il ne peut encore faire qu'une seule chose à la fois et n'a aucune notion de quantité, de durée, ni de volume. Pour lui, les objets inanimés sont doués d'une volonté. Sa capacité à imaginer suscite ce que l'on appelle la pensée dite symbolique que l'on voit se matérialiser dans les jeux de « faire semblant ».

Jouer à la poupée, à la voiture, au téléphone, c'est étudier le rôle des grands dans-la société et faire l'apprentissage de sa propre identité. L'enfant observe ses parents dans les multiples situations quotidiennes, et particulièrement lorsqu'il est lui aussi acteur. Le jeu de « faire semblant » permet de restituer ce qu'il a « appris » mais aussi ce qu'il aurait souhaité être dans sa vie familiale et sociale. Il joue le rôle de son père qui se fâche, de sa mère qui le gronde, de la maîtresse qui punit, il trans¬forme s'il le veut sa mère en sorcière et sa petite sœur en bébé infernal qu'il faut corriger, etc.

Téléphone, mode d'emploi:

- Le téléphone n'est pas un jouet et il ne doit pas s'en servir sans votre autorisation.

- Laissez-le s'exprimer lorsqu'il le demande, mais limitez son temps de conversation, elle n'a souvent qu'un intérêt limité pour votre interlocuteur.

- Apprenez-lui à ne pas vous interrompre lorsque vous êtes en communication. Vous le constaterez très vite, votre enfant déteste que vous soyez au téléphone: il vous sent absorbée, lointaine et va employer toutes les ruses pour vous rappeler à vos chers devoirs. Ces réactions sont normales. Armez-vous de patience et de fermeté, vous arriverez sinon à les raisonner, du moins à les limiter dans leurs effets.

- Empêchez-le de raccrocher systématiquement, apprenez-lui plutôt quelques expressions fréquemment utilisées comme: « Ne quittez pas, je vais la chercher » ou bien encore: « Elle n'est pas là mais je peux prendre un message », et dites-lui bien de ne pas oublier de se nommer dès qu'il décroche !

Les enfants ont investi le téléphone, sa sonnerie répétitive fait partie du monde sonore du bébé dans son berceau. À 2 ans, il devient un outil essentiel de liaison entre l'enfant et ses grands-parents ou entre le parent dont il est séparé en cas de divorce. La relation est alors très forte car l'enfant peut s'imaginer et faire comme si le parent était avec lui.

Tous adorent être les standardistes de la famille : ils montrent ainsi qu'ils ont une place bien à eux, qu'ils sont rapides, à hauteur du téléphone et qu'ils connaissent la règle du jeu. D'ailleurs, les fabricants de jouets ne s'y sont pas trompés, ils ont inventé de nombreux jouets téléphone et l'un d'entre eux a remporté un grand succès, le téléphone à traîner, aux yeux qui louchent, et qui parle lorsque l'enfant le promène derrière lui.