Fait pour s'entendre

L'étude de la communication gestuelle de l'enfant a permis de s'apercevoir qu'animal et enfant avaient des comportements communs et que l'un et l'autre, sans parole, étaient capables d'échanges profonds et clairs. À ces gestes vient s'ajouter tout un système de communication à base d'odeurs et de contacts. Il semble que le chien, en raison de son attachement bien particulier pour l'homme, soit le compagnon idéal. Instinctivement, il a un sens aigu du comportement humain.

Si bébé à un peu peur dans les débuts, vous pouvez l'encourager à caliner son doudou et à lui montrer les bons gestes à avoir envers un animal, sur son ours en peluche...

Un doux réconfort

La proximité de l'animal est enrichissante. Cette boule de poils douce à caresser, avec sa langue toujours prête à réconforter, sera le grand consolateur du petit enfant qui affronte les premières interdictions. Le fait de caresser un animal a pour effet de diminuer la tension artérielle, de ralentir le rythme cardiaque et de réduire l'anxiété. L'animal permettra encore à l'enfant d'expérimenter sa toute naissante autorité, largement inspirée de celle de ses propres éducateurs.

Par contre, ce n'est pas avant 10 ans qu'un enfant peut prendre la responsabilité de son « ami », tout au plus pourra-t-il participer à la préparation de son repas et vers 4-5 ans aider à son toilettage. L'entretien courant de l'animal reste à la charge des parents. Ce sont eux aussi qui assurent l'éducation de l'animal. Un animal doux, docile, mûr, est alors le bienvenu. Il sera sans doute un peu le souffre-douleur de son petit maître, mais avec complaisance. On pense que cette docilité est déjà acquise par le chiot qui, auprès de sa mère, passe constamment d'instants de soins intenses à l'indifférence, voire à une certaine brutalité.

Un confident muet

L'enfant va observer ce compagnon, il va s'apercevoir que tout comme lui il dort, mange, boit, joue... vit. Petit à petit, il cherchera à prendre la responsabilité, avec encore beaucoup de maladresse, de son bien-être. Grâce à l'animal, l'enfant apprendra « qu'il faut aimer pour être aimé ». Il semble même que les enfants qui vivent avec un animal soient plus sociables, plus autonomes et participent plus que les autres aux tâches ménagères. Ces enfants auraient aussi plus de facilité à exprimer leurs émotions, l'animal étant souvent le premier confident. Enfin, l'animal apprend le respect d'autrui : maltraité il s'éloigne, ne fait plus de démonstrations affectives et l'enfant comprend parfaitement pourquoi.

Mais pour avoir toutes ces qualités, il doit être accepté par tous et ne pas avoir été choisi pour résoudre un problème de communication entre l'enfant et ses parents.

La plupart des chiens sont parfaitement capables de faire la différence entre un enfant calme, disponible et un enfant anxieux et agressif.

Il va jouer avec son nouveau copain, il va vouloir se rouler par terre donc il faut une couche adaptée a ces galipettes. Une couche ajustée et idéale est la Pampers Simply Dry.